Au bord du monde

Seul un nuage sombre

Caresse la terre

"Pourquoi la beauté a-t-elle à voir avec la mort ? D'abord parce que, à l'instar de toute chose, elle ne peut durer, elle nous échappe. Et comme c'est à elle que l'on s'attache plus qu'à tout dans la vie, plus l'attachement est profond, plus poignant est l'arrachement. Attachement-arrachement, voilà la condition de la beauté : elle aiguise notre conscience de la mort. D'autant que son mode d'être n'est pas statique, elle se manifeste chaque fois dans son apparaître sur la crête de l'instant. Et puis surtout, il y a le fait que, lorsqu'elle est sublime, elle inspire une crainte sacrée, ou une passion trop ardente pour que la capacité humaine puisse tout à fait l'assumer. Comme le soleil, on ne peut trop la dévisager sans risquer de perdre la vue ou la vie."

François Cheng, dans "Cinq méditations sur la mort"

Patricia Houin
Plasticienne - Photographe 
Maison des artistes n° 34523